Sommaire

Il arrive qu'un œil voie moins bien que l'autre. Ce déséquilibre, appelé anisométropie, doit être rapidement corrigé pour éviter que d'autres problèmes de vision ne s'installent à long terme.

Anisométropie : définition

Les personnes qui voient parfaitement, sans défaut de vision, ont des yeux qualifiés d’emmétropes. Dans le cas contraire, on parle d'amétropie, qui regroupe les troubles de la réfraction comme :

  • la myopie : la vision des objets éloignés est floue ;
  • l'hypermétropie : la vision des objets proches est floue ;
  • l'astigmatisme : les objets sont déformés (les formes rondes sont perçues plus allongées).

Quand les deux yeux sont emmétropes, ou amétropes de la même manière, on parle d'isométropie.

À l'inverse, l'anisométropie correspond à la situation où un des yeux est emmétrope et le second amétrope, ou que les deux yeux possèdent une amétropie différente (par exemple, un œil est myope, l'autre est hypermétrope).

On distingue deux types d'anisométropie :

  • le plus fréquent est l'anisométropie axile, les deux yeux n'ont pas la même longueur, l'un est plus allongé que l'autre ;
  • mais il existe aussi des cas d'anisométropie d'indice, les deux yeux n'ont alors pas la même puissance optique.

Causes et conséquences de l'anisométropie

Le développement d'une anisométropie peut s'expliquer par plusieurs facteurs : le terrain génétique, la présence d'une maladie de l'œil, comme la cataracte congénitale unilatérale ou des problèmes affectant la cornée, la paupière ou la rétine.

L'anisométropie peut avoir différentes conséquences :

  • l'apparition d'une amblyopie, ce qui est fréquent car cette situation concerne une personne sur deux atteinte d'anisométropie. L’œil qui présente le défaut de vision le plus marqué voit son acuité visuelle diminuer ;
  • le développement d'une aniséiconie : les images d'un objet observé projetées sur la rétine de l’œil droit et gauche sont de taille différente. Lorsqu'elle est marquée, elle peut entraîner un trouble de la vision binoculaire.

Cette situation va se traduire par différents signes chez le patient concerné :

  • des maux de tête ;
  • des nausées ;
  • une fatigue visuelle ;
  • une aversion pour la lumière (de la photophobie)...

Le traitement de l'anisométropie

La correction optique

En cas d'anisométropie, il est nécessaire de corriger le défaut visuel de l’œil ou des yeux affectés. Plusieurs options sont envisageables :

  • lorsque la différence de vision entre les deux yeux est faible, le port de lunettes avec un verre correcteur adapté à chaque œil est envisageable. La différence de correction et d'épaisseur des verres peut être source d'inconfort lors des mouvements oculaires ;
  • lorsque la différence de vision est trop marquée, il faut en revanche recourir :
    • aux lentilles de contact, mais seulement à partir de 12 ans. Il existe un risque infectieux, elles doivent donc être utilisées dans des conditions optimales d'hygiène ;
    • à une intervention de chirurgie réfractive, au laser. La technique la plus souvent utilisée est le "Lasik" : une petite portion de la cornée est soulevée comme un couvercle pour permettre l'application du laser et corriger le défaut visuel.

Lasik

Article

Lire l'article Ooreka

Les traitements orthoptiques

Les traitements d'orthoptie sont nécessaires lorsque l'anisométropie a entraîné une amblyopie. Il est nécessaire de rééduquer l’œil faible pour qu'il retrouve une meilleure acuité visuelle. Le plus souvent, le traitement consiste à apposer un pansement occlusif sur l’œil dominant, afin de faire travailler l’œil le plus faible. Il doit être entrepris au plus jeune âge, avant les 7 ans de l'enfant. Une autre méthode consiste à poser un film translucide sur le verre de lunette de l’œil dominant.

Amblyopie

Article

Lire l'article Ooreka

Aussi dans la rubrique :

Troubles visuels

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider