Sommaire

La rétinopathie est un terme médical désignant une atteinte des petits vaisseaux sanguins de la rétine pouvant, à terme, engendrer une cécité (rendre aveugle). Il existe plusieurs causes pouvant être sources de rétinopathie dont les principales sont le diabète et l'hypertension artérielle. Faisons le point.

Rétinopathie : rappels anatomiques de l'œil

L'œil est l'organe principal de la vision : il capte les images et les envoie au cerveau sous forme de signaux électriques via le nerf optique.

Il est composé de nombreux éléments jouant chacun un rôle précis :

  • la cornée : une membrane transparente par laquelle la lumière entre dans l'œil, elle participe à la réfraction de la lumière ;
  • le cristallin : c'est une lentille capable de se déformer permettant l'accommodation afin de voir net ;
  • l'iris : il donne sa couleur à l'œil ;
  • la pupille : un trou au centre de l'iris permettant de laisser passer la lumière vers la cornée ;
  • la rétine : c'est une membrane tapissant la surface interne de l'œil, elle contient les photorécepteurs (cônes et bâtonnets), réagissant à la lumière, des neurones, une zone périphérique, et une zone centrale (contenant fovea et macula) ;
  • le nerf optique : rattaché à la rétine, il transmet les informations visuelles au cerveau.

La rétine est donc l'organe sensible de la vision, elle est irriguée par des vaisseaux sanguins.

Causes de rétinopathie

Le terme rétinopathie désigne une atteinte des vaisseaux sanguins de la rétine. Elle peut se voir dans des maladies telles que l'hypertension artérielle, le lupus ou la drépanocytose. Elle se voit parfois chez les enfants nés prématurément. Mais la rétinopathie est le plus souvent la complication d'un diabète évoluant depuis plusieurs années et/ou mal équilibré.

La rétinopathie diabétique est la cause la plus fréquente de cécité chez l'adulte dans les payes occidentaux. Le taux de sucre trop élevé dans le sang entraîne une fragilité de la paroi des vaisseaux sanguins provoquant dilatation (micro-anévrysme) et hémorragies rétiniennes.

À ce stade, la rétinopathie est dite non proliférante (minime, modérée ou sévère). À terme, la rétine est mal irriguée, elle ne reçoit pas assez d'oxygène (ischémie). En réaction, de nouveaux vaisseaux se développent, mais de façon anarchique et inefficace. C'est le stade de rétinopathie proliférante. L'évolution se fait alors vers la cécité par rupture de ces vaisseaux fragiles.

Rétinopathie : symptômes et diagnostic

La rétinopathie est insidieuse puisqu'elle n'entraîne pas de troubles de la vision aux premiers stades de son évolution. Quand des symptômes apparaissent, c'est que la maladie est déjà avancée.

C'est pourquoi, en cas de diabète, un examen de la rétine pratiqué par un ophtalmologue est recommandé tous les ans : c'est le fond d'œil. Il permet de visualiser les anomalies liées à la rétinopathie diabétique telles que des hémorragies, un œdème, des dépôts graisseux dans la rétine, des vaisseaux sanguins anormaux, l'apparition de néovaisseaux... Il peut être complété par une angiographie de la rétine qui informe sur la perméabilité des vaisseaux.

Des traitements sont proposés en fonction du stade de la rétinopathie diabétique : meilleur équilibre du diabète et de la tension artérielle, surveillance, laser, chirurgie...

Aussi dans la rubrique :

Troubles visuels

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider