Sommaire

Le glaucome aigu est une pathologie affectant l'œil qui doit être traitée en urgence. Contrairement à un glaucome chronique dont l'apparition est progressive et la plus fréquente, l'apparition d'un glaucome aigu est brutale et douloureuse. Faisons le point sur cette urgence ophtalmologique.

Qu'est-ce qu'un glaucome aigu ?

Le glaucome aigu est une forme spécifique du glaucome, pathologie oculaire entraînant une dégradation du nerf optique et une diminution du champ visuel. On distingue le glaucome aigu, dont l'apparition est brutale, du glaucome chronique, dont la survenue est progressive. Si la forme chronique est la plus fréquente, le glaucome aigu est une forme plus rare mais constitue une véritable urgence ophtalmologique.

Souvent défini comme un « glaucome par fermeture de l'angle » ou « glaucome à angle fermé », le glaucome aigu est lié à la fermeture brutale de l’angle irido-cornéen. Celui-ci correspond à l'angle entre l’iris (partie colorée de l'œil) et la cornée (partie transparente en avant de l'œil). Il est important pour le bon fonctionnement de l’œil puisqu’il permet d’évacuer continuellement le liquide contenu dans l’œil, nommé  « humeur aqueuse ». Si cet angle est normalement étroit, il se retrouve fermé lors d'un glaucome aigu. Cette fermeture de l'angle irido-cornéen empêche l'humeur aqueuse d'être évacuée, entraînant une augmentation dangereuse de la pression à l'intérieur de l'œil. Si le glaucome aigu n'est pas rapidement pris en charge, il peut entraîner de graves complications, pouvant aller jusqu'à une perte de la vision.

Cécité

Article

Lire l'article Ooreka

Quelles sont les causes du glaucome aigu ?

Un glaucome aigu peut être provoqué par différents facteurs dont ceux entraînant une mydriase, c'est-à-dire une augmentation de la taille de la pupille. Parmi les éléments déclencheurs, on peut notamment citer :
  • Le stress, qui peut déclencher des décharges d’adrénaline ;
  • Les émotions, la colère ;
  • Un moment prolongé dans les lieux obscurs comme les salles de cinéma ;
  • Les collyres dilatateurs (gouttes ophtalmiques) contenant notamment de l’atropine, un antispasmodique ;
  • Certains médicaments ou substances actives comme certains antispasmodiques neurotropes, antidépresseurs, antiparkinsoniens, antihistaminiques, et plus généralement l’atropine et ses dérivés, ainsi que l’adrénaline et ses dérivés.
Lire l'article Ooreka

Quels sont les symptômes du glaucome aigu ?

Survenant brutalement, le glaucome aigu se caractérise par différents symptômes comme :

  • Une douleur oculaire violente ;
  • Une baisse de la vision fulgurante et importante avec la perception de brouillard, d’ombre et/ou de halos colorés autour des sources de lumières ;
  • L’œil rouge ;
  • Des maux de tête ;
  • Des nausées et des vomissements ;
  • Dans certains cas, une photophobie, c'est-à-dire une sensibilité à la lumière ;
  • Dans certains cas, des douleurs abdominales.

Un glaucome aigu survient généralement au niveau d'un seul œil. Dans la majorité des cas, il se manifeste chez des personnes âgées de plus de 50 ans.

Lire l'article Ooreka

Glaucome aigu : diagnostic et traitement

Un glaucome aigu nécessite une prise en charge immédiate pour éviter de graves complications, pouvant aller jusqu'à la perte définitive de la vue. En effet, la pression intra-oculaire peut endommager les différentes structures de l’œil en seulement quelques heures. Cette pression peut notamment entraîner de graves dommages au niveau du nerf optique et diminuer brutalement le champ visuel.

Le traitement du glaucome aigu consiste à diminuer la pression intraoculaire. Cela nécessite l'injection d'un médicament par perfusion, permettant d'éliminer et de diminuer la sécrétion d’humeur aqueuse au sein de l’œil. Afin de permettre la réouverture de l’angle irido-cornéen et l'évacuation normale d’humeur aqueuse, des collyres myotiques (gouttes ophtalmiques) sont utilisés. Des antalgiques sont également prescrits afin de diminuer la douleur oculaire.

En fonction de la situation, une intervention au laser ou une opération chirurgicale peut également être pratiquée. Ces interventions permettent notamment d’éviter toute récidive. L’intervention choisie est généralement pratiquée sur les deux yeux car ils sont généralement tous deux prédisposés à l’apparition d’un glaucome aigu.

Lire l'article Ooreka

Aussi dans la rubrique :

Troubles visuels

Sommaire