Greffe de cornée

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka

Sommaire

Partie située à la surface de l'œil, la cornée peut être altérée, provoquant des troubles visuels et des douleurs importantes. Dans certains cas, une greffe de cornée peut être mise en place pour remplacer la cornée endommagée. Faisons le point sur cette intervention de chirurgie des yeux.

En quoi consiste une greffe de cornée ?

L'importance de la cornée dans la vision

La cornée constitue une partie essentielle de l'œil, située à la surface de celui-ci et placée sur l'iris. D'un diamètre d'environ 11 mm, la cornée permet de protéger l'œil de faibles chocs. Transparente, la cornée laisse passer la lumière vers la rétine, située au fond de l'œil et destinée à recevoir les informations visuelles avant leur transmission vers le cerveau.

La cornée possède plusieurs couches qui sont, de l'extérieur vers l'intérieur de l'œil :
  • l'épithélium ;
  • la membrane de Bowman ;
  • le stroma cornéen ;
  • la membrane de Descemet ;
  • et l'endothélium.

Indications et objectif de la greffe de cornée

Lors de traumatismes ou dans le cadre de certaines pathologies, la cornée peut être altérée avec l'apparition d'opacités, de déformations ou d'œdèmes (gonflements). Ces altérations peuvent engendrer des douleurs importantes et une acuité visuelle affaiblie. Dans les cas les plus graves, ces troubles visuels peuvent aller jusqu'à la cécité, c'est-à-dire la perte totale de la vision.

La greffe de cornée consiste à remplacer la cornée endommagée par une cornée saine, c'est-à-dire un greffon d'origine humaine. Pratiquée dans les cas plus graves, la greffe de cornée est notamment mise en place lors :

  • D'un kératocône, maladie dégénérative de l'œil entraînant une déformation de la cornée ;
  • De la dystrophie de Fuchs ou cornea guttata, affection de la cornée provoquant un œdème chronique.
Lire l'article Ooreka

Différentes méthodes pour une greffe de cornée

En fonction de la pathologie du patient et de l'état de la cornée, la greffe peut viser à remplacer l'ensemble de la cornée ou bien seulement une partie. On distingue ainsi différents types de greffes de cornée :

  • La greffe de cornée lamellaire antérieure, où seule la couche externe est remplacée ;
  • La greffe de cornée transfixiante, où l'ensemble de la cornée est remplacé ;
  • La greffe de cornée pré-descemétique, où l'ensemble de la cornée est remplacé, à l'exception de la couche profonde, c'est-à-dire de la membrane de Descemet et de l'endothélium.

Comment se passe une greffe de cornée ?

Modalités avant l'opération

En cas d'échec des autres traitements, le médecin peut préconiser une greffe de la cornée. Comme toutes les greffes, celle-ci débute par une inscription du patient à la liste des patients à greffer pour obtenir un greffon, qui désigne dans notre cas la cornée saine qui sera greffée au patient. Le patient peut ensuite être contacté à tout moment pour recevoir la greffe. Une fois le greffon disponible, la greffe de la cornée nécessite une hospitalisation de 2 à 5 jours. Afin d'éviter toute contamination et rejet du greffon, de nombreux contrôles biologiques sont réalisés sur le greffon, ainsi que sur le patient.

Déroulement de l'opération

D'une durée de 1 h à 1 h 30, une greffe de la cornée est réalisée sous anesthésie générale ou locale, permettant de bloquer les sensations de douleurs dans une partie ou la totalité du corps. Le patient est installé sur le dos sous microscope, outil permettant au chirurgien de visualiser la cornée et de réaliser la greffe. Le chirurgien peut ainsi ouvrir l'œil, remplacer une partie ou la totalité de la cornée puis suturer le greffon à l'aide de fils.

Suites opératoires

Le taux de succès d'une greffe de la cornée est relativement élevé, entre 60 et 90 % (le taux est mesuré comme la survie du greffon cinq ans après l'opération). La récupération visuelle se fait progressivement avec une vision maximale au bout de plusieurs mois. Pour augmenter le taux de réussite d'une greffe de cornée, il est important de suivre les conseils de son médecin et d'appliquer les traitements prescrits tels que des pommades ou des collyres, c'est-à-dire des gouttes ophtalmiques.

Néanmoins, certaines complications post-opératoires peuvent parfois survenir. Plus ou moins graves, ces problèmes peuvent notamment être :

  • Un problème d'étanchéité, se résolvant par la repose d'un point de suture ;
  • Un défaut d'adhésion d'une partie de la cornée au greffon, nécessitant l'injection d'une bulle d'air ;
  • Une hémorragie, qui peut se résorber en quelques jours ;
  • Une cicatrisation retardée ;
  • Un rejet de greffe ;
  • Ou encore une infection.

Ces pros peuvent vous aider