Sommaire

L’amaurose congénitale de Leber est une maladie génétique rare de la rétine, qui entraîne une malvoyance ou la cécité dès la naissance.

L’amaurose congénitale de Leber se transmet selon un mode autosomique récessif le plus souvent, plus rarement selon un mode autosomique dominant. Tous les gènes et toutes les mutations génétiques responsables de la maladie n’ont pas encore été identifiés.

Aucun traitement curatif n’est disponible actuellement pour cette maladie. Les espoirs thérapeutiques reposent sur les progrès de la thérapie génique et sur les résultats des thérapies de substitution.

Toutes les infos dans notre article.

Amaurose congénitale de Leber : qu'est-ce que c'est ?

L’amaurose congénitale de Leber est une atteinte congénitale précoce de la rétine. L’atteinte de la rétine correspond à une dystrophie (défaut de croissance) et/ou à une dysplasie (malformation) de la rétine (tissu qui tapisse le fond de l’œil).

L’amaurose congénitale de Leber est une maladie génétique rare (1 cas pour 80 000 naissances). Elle représente environ 5 % des dystrophies de la rétine et constitue l’une des principales causes de cécité et de malvoyance chez l’enfant (10 à 20 % des enfants aveugles).

L’amaurose congénitale de Leber ne doit pas être confondue avec d’autres pathologies décrites par Leber :

  • la neuropathie optique congénitale de Leber (maladie du nerf optique) ;
  • les anévrismes miliaires de Leber ;
  • la neurorétinite stellaire idiopathique de Leber. 

L’amaurose congénitale de Leber est parfois associée au syndrome de Zellweger (maladie rare) chez certains patients.

L’amaurose congénitale de Leber est due à des mutations génétiques, qui altèrent le fonctionnement normal de l’épithélium pigmenté de la rétine et la synthèse du pigment visuel, le chromophore rétinal-11cis. Ce dysfonctionnement provoque une perte de fonction de la rétine et une dégénérescence de la choroïde (couche du globe oculaire fortement vascularisée qui assure la nutrition de l’iris et de la rétine).

Œil

Article

Lire l'article Ooreka

Transmission de l’amaurose congénitale de Leber

L’amaurose congénitale de Leber est une maladie génétique avec un mode de transmission autosomique récessif dans la plupart des cas (des parents porteurs de la même mutation génétique ont un risque sur 4 d’avoir un enfant atteint). Des cas plus rares de transmission autosomique dominante ont été décrits (un enfant a 1 risque sur 4 d’être atteint si un seul parent porte une mutation génétique).

Plusieurs gènes ont été identifiés comme associés à la maladie (7 gènes connus à ce jour, 3 autres en cours d’identification), mais ne suffisent à expliquer que la moitié des cas d’amaurose congénitale de Leber :

  • Les rôles de ces différents gènes sont variables, ce qui explique la grande disparité des mécanismes pathologiques responsables de la maladie.
  • Ces gènes peuvent également être impliqués dans d’autres dystrophies rétiniennes (rétinites pigmentaires, dystrophies cônes-bâtonnets).

Symptômes de l’amaurose congénitale de Leber

L’amaurose congénitale de Leber provoque dès la naissance une malvoyance ou une cécité (perte totale de la vision), affectant les deux yeux :

  • En cas de malvoyance, les enfants atteints ont des difficultés à fixer et à suivre du regard un objet. La vue résiduelle peut persister pendant plusieurs années.
  • La réaction de la pupille à la lumière est fortement ralentie et peut être associée à une photophobie.
  • Le phénomène oculo-digital est souvent caractéristique : les enfants atteints enfoncent leurs doigts dans leurs yeux comme pour stimuler une perception de la lumière.
  • Un nystagmus (tremblement des yeux) ou des mouvements oculaires involontaires. 
  • Un strabisme

Amaurose congénitale de Leber : diagnostic

Le diagnostic de l’amaurose congénitale de Leber est rapidement évoqué, car cette maladie est l’une des principales causes de cécité chez l’enfant. La confirmation du diagnostic repose sur la nature des symptômes et sur plusieurs examens ophtalmologiques :

  • Le fond d’œil est souvent normal au début puis évolue vers une atrophie de la choroïde, de la rétine et du nerf optique, parfois associée à des lésions caractéristiques de la rétine. 
  • L’électrorétinogramme ou l’électrooculogramme présente de profondes altérations.  
  • Une hypermétropie et une cataracte sont fréquentes.

Quatre sous-types de la maladie sont définis en fonction de 4 aspects et correspondent à l’implication de certains gènes :

  • le comportement à la lumière ;
  • les données précoces de la réfraction ;
  • l’aspect de la rétine ;
  • l’acuité visuelle. 

Un diagnostic prénatal est possible dans le cas des mutations génétiques identifiées dans l’amaurose congénitale de Leber (environ 50 % des cas).

Traitement de l’amaurose congénitale de Leber

Actuellement, aucun traitement ne permet de guérir l’amaurose congénitale de Leber. Seuls des traitements existent pour soulager les symptômes associés à cette maladie. Une prise en charge du handicap visuel dès la prime enfance permet d’optimiser l’intégration familiale, scolaire et sociale de l’enfant.

Les espoirs des médecins et des patients reposent sur les progrès de la thérapie génique. Des premiers résultats très encourageants ont été obtenus en 2001 grâce à un modèle canin de la maladie. Des chiens atteints par une maladie proche de l’amaurose congénitale de Leber et traités par thérapie génique ont recouvré des capacités visuelles. De nombreuses études complémentaires seront nécessaires pour mettre au point une thérapie génique pour les patients atteints de l’amaurose congénitale de Leber.

Par ailleurs, des recherches cliniques sont menées avec un pigment de substitution, le rétinoïde 9-cis administré par voie orale. Cette thérapie de substitution constitue un autre espoir thérapeutique pour les patients.

Aussi dans la rubrique :

Troubles visuels

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider