Sommaire

Vous avez déjà été opéré d’une cataracte et les symptômes reviennent ? Il s’agit peut-être d’une cataracte secondaire.

De quoi s’agit-il exactement ? Quels sont ses symptômes et que faire ? Toutes les réponses dans la suite de notre article.

Cataracte secondaire : qu’est-ce que c’est ?

Qui dit cataracte secondaire dit cataracte primaire. Pour mieux comprendre, rappelons d’abord ce qu’est une cataracte : 

  • Il s’agit d’une affection de l’œil qui concerne le cristallin (lentille bombée et souple qui se situe en arrière de l’iris).
  • En temps normal, le cristallin est transparent, il laisse passer la lumière et focalise les rayons lumineux sur la rétine permettant d’obtenir une image nette.
  • Mais avec l’âge, le cristallin devient plus opaque et empêche la lumière de passer correctement. C’est ce qu’on appelle la cataracte.

Pour soigner la cataracte, il faut opérer. Le médecin retire le cristallin pour mettre un implant. L’enveloppe du cristallin, appelée capsule, est volontairement conservée, elle sert de support à l’implant cristallinien.

C’est cette capsule qui peut s’opacifier dans un second temps. On parle alors de cataracte secondaire, appelée aussi opacification capsulaire secondaire.

 

 

Qu'avez-vous pensé de la vidéo ?

 

Symptômes d'une cataracte secondaire

Lors d’une cataracte secondaire, c’est comme si la cataracte revenait, avec ses symptômes caractéristiques :

  • une vision floue et trouble ;
  • un éblouissement ;
  • une altération des couleurs ;
  • une impression de porter des lunettes sales.

Que faire en cas de cataracte secondaire ?

En cas de cataracte secondaire, il n’est pas nécessaire de réopérer. Au lieu de cela, le médecin a recours à une capsulotomie au laser, rapide et indolore.

Le but est d’éclaircir la vision, il s’agit de dégager des opacités de l’axe visuel, en incisant la membrane opacifiée en son centre. L’intervention se réalise grâce à des impacts laser de puissance contrôlée.

Cataracte secondaire : suites et complications possibles

Après l’intervention, le patient récupère une vision nette rapidement, parfois dès le lendemain :

  • il peut cependant être plus sensible à la lumière ;
  • la pression oculaire peut augmenter un peu ;
  • des gouttes ophtalmiques (ou collyres) peuvent aider à soulager ces désagréments.

Les complications sont rares, mais comme pour toute intervention, elles sont possibles : inflammation oculaire, augmentation durable de la pression intraoculaire (très rare), œdème rétinien ou encore décollement de la rétine.

Aussi dans la rubrique :

Troubles visuels

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider