Sommaire

Situation courante et sans gravité, la sécheresse oculaire entraîne cependant des désagréments au quotidien.

Quelles en sont les causes et comment lutter contre cette situation ? Un point s'impose sur le syndrome de l'œil sec.

Syndrome de l'œil sec : définition

Les larmes, produites par les glandes lacrymales, assurent la protection de nos yeux contre les diverses agressions que ceux-ci peuvent subir : attaque par des microbes, irritation par la poussière, etc.

Le battement des paupières permet de les répartir de façon homogène et assure une bonne humidification de l’œil.

Lorsque leur production n'est pas optimale, c'est-à-dire lorsque les larmes ne sont pas fabriquées en quantité suffisante ou qu'elles ne sont pas de bonne qualité, une sécheresse oculaire, également appelée « syndrome de l’œil sec », apparaît.

Symptômes du syndrome de l'œil sec

Lorsque les yeux sont secs, différents symptômes se manifestent :

  • des brûlures et picotements ;
  • d'éventuelles rougeurs ;
  • l'impression d'avoir du sable dans l'œil ;
  • des battements plus fréquents des paupières ;
  • la vue qui se brouille de temps à autre.

De façon générale, en cas de syndrome sec, la vue est fatiguée et le port de lentilles de contact devient très inconfortable.

Les facteurs extérieurs comme le vent, le froid, la lumière et les produits irritants (fumée de cigarette par exemple) sont moins bien tolérés.

Syndrome de l'œil sec : quelles en sont les causes ?

L'ophtalmologiste procède à différents examens pour détecter le syndrome de l'œil sec :

  • Le test de Schirmer : il consiste à placer un papier buvard au coin de l'œil et à observer à quel niveau les larmes remontent après un temps donné (2 minutes en général). Il évalue ainsi la quantité de liquide présent dans l’œil.
  • Un outil spécifique de détection du nombre de clignements d'yeux qui permet de déterminer le nombre de clignements incomplets : un manque trop important signe la présence d'un dysfonctionnement.

La sécheresse oculaire est un symptôme qui peut se manifester dans différentes circonstances. Les plus courantes sont :

  • le vieillissement normal, en particulier chez les femmes après la ménopause ;
  • la prise de certains médicaments (contraceptifs, antidépresseurs, antidouleurs, traitements contre les convulsions, somnifères, médicaments contre l'acné, etc.) ;
  • certaines maladies comme le diabète, la polyarthrite rhumatoïde, la maladie de Gougerot-Sjögren (une maladie inflammatoire qui entraîne une sécheresse des yeux et de la bouche) ;
  • une carence en vitamine A ;
  • les suites d'une chirurgie réfractive visant à corriger un défaut de vision.

Traitements adaptés en cas de syndrome de l'œil sec

Si la situation n'est pas prise en charge, des complications peuvent survenir, comme une kératite (l'inflammation de la cornée).

Pour éviter cela, il est important de prendre les mesures nécessaires :

  • Si un médicament est en cause, il convient de discuter avec son médecin pour déterminer la possibilité de le remplacer par une autre molécule.
  • Il existe des solutions de larmes artificielles à instiller dans l’œil : Liquifilm®, Viscotears®, etc.
  • Une rééducation visant à réapprendre au patient à cligner correctement des yeux peut être envisagée.
  • Il est également possible d'obturer les canaux lacrymaux qui permettent d'évacuer des larmes, par la pose d'un bouchon méatique. Une quantité plus importante de larmes reste ainsi dans l’œil.

Aussi dans la rubrique :

Troubles visuels

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider