Sommaire

L'hétérochromie correspond à une différence de couleur des deux yeux ou bien à une variation de couleur à l'intérieur de l'iris lui-même.

Dans le langage courant, on parle d'yeux vairons pour désigner l'hétérochromie. Faisons le point ensemble.

Hétérochromie : pour mieux comprendre

La couleur de l'iris est fonction de la concentration de mélanine qu'il contient : plus il y a de mélanine et plus l'iris est foncé. L'hétérochromie peut être congénitale ou acquise :

  • Dans l'hétérochromie congénitale, la concentration de mélanine est constitutionnellement différente entre les deux yeux alors que dans l'hétérochromie acquise, elle se modifie conséquemment à une maladie.
  • L'hétérochromie congénitale la plus fréquente est le syndrome de Wardenbergassociant surdité et anomalies de pigmentation de la peau, des cheveux et de l'iris.
  • L'hétérochromie acquise est de nature :
    • inflammatoire : réalisant une uvéite antérieure comme dans la spondylarthrite ankylosante, la maladie de Behçet, la sarcoïdose ;
    • infectieuse : Virus Zona Varicelle, Herpès, Syphilis ;
    • réactionnelle à la présence d'un corps étranger contenant du fer dans l’œil, on parle de sidérose oculaire ;
    • associée à une cataracte comme dans le syndrome de Fuchs ;
    • associée à une atteinte du nerf sympathique, ce qui est rare.
  • L'hétérochromie isolée n'atteint pas la vue.
  • Lorsque l'hétérochromie est due à une cause infectieuse ou inflammatoire, le traitement est celui de la maladie elle-même.
  • Dans le syndrome de Fuchs, la chirurgie oculaire est de rigueur afin de traiter la cataracte associée à l'hétérochromie.

Hétérochromie : symptômes et traitement de la cataracte

Seul le syndrome de Fuchs nécessite une prise en charge chirurgicale de la cataracte associée. 600 000 yeux sont opérés chaque année en France. La chirurgie de cataracte concerne 16 % de la population.

La cataracte est définie par l'opacification de l'ensemble ou d'une partie du cristallin. C'est une maladie très fréquente liée au vieillissement.

Les symptômes de la cataracte sont les suivants :

  • baisse d'acuité visuelle progressive, prédominant en vision de loin ;
  • photophobie (gène à l'exposition lumineuse) et difficulté à la conduite nocturne ;
  • diplopie monoculaire (vision double, persistante lorsque l'on ferme un œil) ;
  • modification de la perception des couleurs qui deviennent jaunies ;
  • lorsqu'elle n'est pas prise en charge, la cataracte conduit à la cécité (elle rend aveugle).

Le traitement de la cataracte est uniquement chirurgical. Il n'existe aucun traitement préventif ni médicamenteux :

  • L'indication opératoire dépend de la gène fonctionnelle, établie en générale pour une baisse d'acuité visuelle à 5/10.
  • La chirurgie de cataracte se réalise le plus souvent sous anesthésie loco-régionale. L'anesthésie générale est exceptionnelle.
  • Avant l'opération, il est nécessaire de dilater la pupille à l'aide de collyre.
  • Le geste chirurgical de référence se nomme extraction extracapsulaire automatique par phacoémulsification. Il consiste grosso modo à remplacer le cristallin opaque par un implant.
  • Un traitement par collyre anti-inflammatoire et antibiotique est prescrit pendant 1 mois et le patient est revu au moins deux fois dans le mois qui suit (à la première semaine puis au bout d’un mois).
  • La récupération fonctionnelle est excellente et rapide. Les complications sont peu fréquentes.

Aussi dans la rubrique :

Vue et optique

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider