Énucléation

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka

Sommaire

L’énucléation est l’acte chirurgical qui consiste à ôter l’œil de son orbite. Il s’agit de laisser l’orbite ensuite vide, le plus souvent suite à un traumatisme important de l’œil ou une tumeur de l’œil.

Une prothèse peut ensuite être mise en place pour des raisons esthétiques mais la vision de cet œil est irrécupérable. Faisons le point sur cet acte et sur ses conséquences.

Énucléation : acte invasif aux indications spécifiques

Dans quels cas pratiquer l'énucléation ?

L’énucléation est un acte invasif aux conséquences graves. Sa décision est posée par un médecin en accord avec le patient, uniquement en l’absence d’alternatives.

Les situations conduisant à une énucléation sont :

  • Un processus tumoral évolutif à l’intérieur de l’œil nécessitant son ablation.
  • Un œil déjà non voyant, en voie d’atrophie et devenant douloureux.
  • À la suite d’un traumatisme : lésion brutale irréversible de l’œil, par exemple suite à une bagarre, un accident sportif ou un accident de la circulation.
  • Un glaucome ou un décollement de rétine compliqués peuvent également nécessiter une énucléation en dernière alternative thérapeutique.

Énucléation : comment se déroule le geste ?

Il s’agit d’un geste réalisé sous anesthésie générale :

  • L’œil est ôté chirurgicalement et immédiatement remplacé par un implant intra-oculaire afin de préserver la forme de l’orbite.
  • Les muscles permettant la mobilité oculaire sont greffés sur cet implant qui peut être prélevé sur le patient (tissus dermo-graisseux) ou réalisé en matériaux inertes.
  • La prothèse sera ensuite mobilisable grâce à ces muscles. Le nerf oculaire cependant ne peut pas être greffé et la vue ne pourra être retrouvée au niveau de l’œil énuclé.

Complications possibles de l'énucléation

Les complications de l’énucléation sont celles de toute chirurgie invasive de l’œil : complications de l’anesthésie générale, hémorragie et hématome, réouverture de la cicatrice, infection locale ou générale.

À long terme, des kystes, des anomalies des paupières, des culs de sacs lacrymaux ou de la cavité orbitaire peuvent apparaître, imposant parfois une reprise chirurgicale.

Réactions post-chirurgicales de l'énucléation

À la suite du geste opératoire, un œdème (gonflement) des paupières est fréquent. Ce gonflement se résorbe rapidement la plupart du temps.

Un traitement antibiotique est souvent prescrit de manière préventive et des douleurs peuvent également apparaître après la levée de l’anesthésie. Ces douleurs doivent être soulagées par des antalgiques adaptés.

Une prothèse mieux adaptée à visée esthétique sera réalisée dans un second temps, environ 2 à 4 semaines après l’opération. Bien que fixée aux muscles oculomoteurs, cette prothèse ne peut avoir la même mobilité qu’un œil « normal ».

Énucléation : quelle alternative ?

L’alternative à l’énucléation est l’éviscération, c’est-à-dire que l’on évide l’intérieur de l’œil en laissant la « capsule », partie blanche externe de l’œil. Cela permet une meilleure conservation de l’esthétique.

Ces pros peuvent vous aider